Pour aller peu à peu vers une consommation plus raisonnée, l’une des possibilités qui s’offre à nous est de faire vivre durablement le vêtement, après achat. En prolongeant la durée de vie d’un habit, on participe à réduire sa consommation et donc à consommer « moins mais mieux ». Or, la mode pour les enfants de 0 à 6 ans est un secteur qui est par définition non durable puisqu’il faut acheter fréquemment pour s’adapter à la taille de nos enfants qui ne cessent de grandir. Les parents ont néanmoins plus d’un tour dans leur sac pour acheter à moindre coût. La récupération des habits des grands frères et sœurs, la seconde main ou encore le choix du vintage font déjà partie des mœurs. Pourtant, il existe certains freins liés notamment à la mode genrée qui rendent plus difficile la transmission d’un vêtement dit « fille » à un garçon. On peut donc rallonger la durée de vie d’un vêtement pour enfant en choisissant l’unisexe et en faisant ainsi un achat qui soit d’emblée significatif.

Comment la mode unisexe pour enfants peut-elle changer la donne ? Zoom sur ce secteur qui fait bouger les lignes dans notre société encore trop sexiste, et qui peut aussi avoir un rôle à jouer pour une consommation plus durable.

Consommer unisexe, c’est consommer moins et mieux

La mode traditionnelle et son marketing genré entretiennent la surconsommation. Le genre est une affaire juteuse pour le marché de la mode, mais pas que.

Ce que coûte la mode sexiste

Comme on part du principe que garçons et filles doivent avoir des vêtements et des jouets différents, on a besoin de deux fois plus de systèmes de production et de rayons. Ce qui a un coût environnemental. D’autant que côté « filles », il y a beaucoup de vêtements qui sont accessoires. Les publicités perpétuent les carcans sociaux qu’on fait peser sur les femmes, dès leur plus tendre enfance, afin d’encourager à une plus grande consommation.

Ce que coûte le marketing genré aux femmes

Les accessoires se démultiplient pour vouloir faire ressembler les petites filles aux grandes. Tout ceci participe du stéréotype de « la » femme qui a besoin de faire des achats superflus et accessoires, tandis que « l’» homme, lui, n’achète que pratique et nécessaire. On retrouve d’ailleurs ces différences même dans les produits cosmétiques, qui sont toujours plus chers côté femmes, puisqu’on part du principe que c’est toujours une histoire de coquetterie. La fameuse « taxe rose » en est un exemple parmi d’autres, mais il faudrait tout un autre article pour en parler. Revenons à notre mode unisexe.

Ce que promet l’unisexe

Habiller son enfant en unisexe, c’est d’abord l’habiller comme un enfant. Ni plus, ni moins. Pouvoir l’accompagner au mieux dans les découvertes et les apprentissages de son âge. En choisissant l’unisexe, on fait donc des achats plus raisonnés, qui s’accordent davantage à une consommation plus sobre et plus consciente.

La mode unisexe pour une circularité sans limite

On n’invente rien : la circularité a toujours fait partie des habitudes de consommation des foyers. La mode unisexe vient simplement faciliter les échanges entre amis et au sein de la famille.

La seconde main et l’unisexe

Jusqu’ici, les enfants récupéraient les vêtements des ainés. C’est plus facile quand c’est de frère à frère ou sœur à sœur, ou encore de frère à sœur. Cela devient plus délicat, ou tout bonnement impossible, de penser à habiller son dernier-né garçon avec les habits de sa grande sœur. Le sexisme se nourrit du fait même que le genre masculin est communément vu comme universel. Le genre féminin est toujours autre, pour reprendre librement le titre de l’essai (génial) d’Olivia Rosenthal (chez Gallimard, « Verticales », 2016) toutes les femmes sont des Aliens. La femme est l’autre de l’homme, lui est la norme. C’est donc toujours burlesque de voir un garçon habillé en fille, c’est dégradant. Tandis que l’inverse est plus souvent accepté.

Vers un universalisme égalitaire

L’un des avantages de l’unisexe est le fait de gommer les disparités entre les genres. Le vêtement devient universel et appelle à moins de renouvellement. Par ailleurs, le style intemporel et oversize souvent caractéristique de l’unisexe promet de belles pièces qui traversent le temps.

Ainsi, par définition, les habits unisexes sont plus durables dès leur production. Mettre sur le marché des articles qui répondent aux besoins des enfants indépendamment de leur sexe biologique permet de diminuer la consommation, tout en promettant un cycle de vie long aux vêtements.

Alors que la mode unisexe connait de plus en plus de succès à travers l’éclosion de nouvelles marques, mais aussi de certaines grandes enseignes qui jouent le jeu, il est bon de rappeler qu’en plus d’être égalitaire et tendance, elle est aussi durable.

Afficher tous les articles

L'unisexe, plus qu'une simple tendance, une mode engagée!

Unisexe, gender-fluid, neutral, non genré, mixte etc. Ces termes d’un genre nouveau se multiplient sur les réseaux, mais aussi dans nos penderies, ...